Quand Aldrick vient lui rendre visite, Atguirn sent bien que quelque chose se prépare. Et quand son ami magicien lui dit qu’il s’apprête à rendre visite à une vieille connaissance, dans les montagnes de l’est, il n’hésite pas un instant à le suivre. Avec Zirishk et Shralock, les voilà donc partis mais, une fois de plus, il y a loin de la coupe aux lèvres : les ennuis ne sont jamais très éloignés sur les routes d’Alendhie ! Les embûches s’accumulent mais ce n’est rien à côté de la question qui le taraude : qu’est-il arrivé à Ahina, la jeune femme au regard troublant qui l’a soigné avec un tel dévouement l’été précédent ? Que lui est-il arrivé pour qu’il ait rêvé d’elle dans un cauchemar prémonitoire aussi funeste ?

Un commentaire sur “La règle de l’apprenti”

  • Les aventures d’Atguirn et ses compagnons reprennent, enfin ! Et c’est un régal.
    Cette fois, ils sont accompagnés d’Ahina, la belle et imprévisible jeune archère, pour se lancer à l’assaut d’un nouveau Gardien de la Terre. Mais l’affrontement, ce n’est pas pour tout de suite, ce sera pour un prochain tome… Dans celui-ci, il y a bien le massacre de quelques wombarhs, de quelques esclavagistes, mais il s’agit plutôt du récit d’un parcours initiatique. Moins d’actions donc, car l’essentiel se porte sur la relation tumultueuse entre les protagonistes, notamment entre le tout nouveau maître et son apprenti.
    L’écriture est fluide, rythmée, savamment teintée d’humour et d’émotions. Comparée aux tomes précédents, on sent qu’elle a mûri, plus sûre, plus précise. On sent que l’auteur a trouvé son régime de croisière. Pourvu qu’il ne s’arrête pas en si bon chemin !
    Le pire dans tout ça, c’est qu’on ne voit pas arriver la fin du livre, tellement on est bien en compagnie de cette troupe hétéroclite. En outre, à force de semer des ouvertures par-ci, par-là, l’auteur nous met en appétit, progressivement. Alors quand on tourne la dernière page et qu’on se rend compte qu’on n’a encore rien vu, on ravale sa salive et on pleure. Parce que le tome suivant, eh bien, il va falloir l’attendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *